Laurent Guyonvarch Playground

Laurent Guyonvarch Playground Playground

Peut-être les meilleurs images que l’on emportent avec soi sont celles qui réussissent à exprimer le moment où l’on a pu s’abandonner, et où l’on ne résiste plus à la réalité.

En décrivant mon environnement proche, celui que je connais le mieux, mes photographies tentent de saisir une ambiance, un état de pensée de nos vies contemporaines.

Le fil conducteur de ce projet a été de décrire nos loisirs et nos habitudes quotidiennes comme si le monde pouvait alors devenir une immense aire de jeu et de drame. Des vies passantes, des gestes de tous les jours, voilà ce qui deviendrait pour moi essentiel: être proche des autres,avoir un regard si inclusif que l'on pourrait se demander quelle est la position de celui qui regarde.

Mon propos était également de ne pas avoir de projet bien défini, de ne pas enfermer trop mon sujet dans une idée préconçue que moi je pouvais avoir de cette description de nos loisirs et de notre quotidien. Je préfère être secoué, déstabilisé par ce que je vois. Je préfère surtout apprendre quelque chose que je ne savais pas, mais que je devinais pourtant, avant d’avoir pris une image.
Peut-être les meilleurs images que l’on emportent avec soi sont celles qui réussissent à exprimer le moment où l’on a pu s’abandonner, et où l’on ne résiste plus à la réalité.

En décrivant mon environnement proche, celui que je connais le mieux, mes photographies tentent de saisir une ambiance, un état de pensée de nos vies contemporaines.

Le fil conducteur de ce projet a été de décrire nos loisirs et nos habitudes quotidiennes comme si le monde pouvait alors devenir une immense aire de jeu et de drame. Des vies passantes, des gestes de tous les jours, voilà ce qui deviendrait pour moi essentiel: être proche des autres,avoir un regard si inclusif que l'on pourrait se demander quelle est la position de celui qui regarde.

Mon propos était également de ne pas avoir de projet bien défini, de ne pas enfermer trop mon sujet dans une idée préconçue que moi je pouvais avoir de cette description de nos loisirs et de notre quotidien. Je préfère être secoué, déstabilisé par ce que je vois. Je préfère surtout apprendre quelque chose que je ne savais pas, mais que je devinais pourtant, avant d’avoir pris une image.



FIASCO
la photo est cool!

Poster un commentaire